Archives Mensuelles: novembre 2014

Le goût musical en matière d’écoute et de composition – des logiciels créés pour les compositeurs et leur audience

Le cadre de la recherche en matière de goût musical

J’ai cherché «goût musical» sur le net et je suis tombée sur une avalanche de documents scientifiques, dans lesquels, je résume brièvement, les préférences en matière de musique étaient liées tantôt à des critères provenant de la sociologie des 18e et 19e siècles tels que l’âge, le genre et les appartenances sociales, tantôt à des notions de marketing des 20e et 21e siècles comme le comportement en matière de shopping et de tourisme, l’utilisation des réseaux sociaux, les liens entre la technologie musicale et les nouveaux modèles commerciaux, les styles musicaux (ce qui n’est pas un thème nouveau toutefois maintenant il est lié plus qu’avant à la personnalité et à l’individualité), … Cela signifie que cette recherche sur le goût musical est menée dans un contexte pluridisciplinaire.

Un algorithme pour lier le vocabulaire du goût, les sons et les partitions de musique – Le cas du folk

J’écris pour des musiciens aussi, j’ai davantage creusé le point de vue des musicologues et des musiciens sur le sujet. Des musicologues (Mesz, Sigman, Trevisan) se sont intéressés par la sémantique (la partie de la linguistique qui étudie la formation du sens des mots) et quand ils parlent de «goût», c’est pour établir des liens entre la musique et… la cuisine. Ils ont ainsi associé le sucré (Bitter) à la musique low-pitched et continue (legato), le salé au silence entre les notes (staccato), le sûr à la musique high-pitched, dissonante et rapide et le doux à la musique consonante et lente.

Cette recherche entre musique et goût ne se confine pas aux sons et inclut des applications en matière de partitions musicales. Pourquoi pas? Les chercheurs mentionnés plus haut ont développé et implémenté un algorithme qui crée des pièces musicales assaisonnées! Cet algorithme permet de dessiner des graphiques, en lien avec des fichiers MIDI (surtout de la musique folk) et des bases de données…

Les goûts musicaux sans cuisine – Le cas de la musique contemporaine

Il est peut-être temps de quitter la cuisine musicale et de penser à des solutions pour développer, au sens figuré, le goût des musiciens pour des styles spécifiques de musique. Par exemple la musique savante contemporaine. Il n’est pas aisé de développer son goût pour cette musique parce que la musique enseignée dans les écoles est généralement celle des 18e et 19e siècles et en conséquence l’enseignement musical laisse peu de place à l’individualité et à la création.

métronome (bleuté)

Une explication à cette situation est que les éducateurs estiment que l’écart entre les compositeurs et les étudiants en musique aussi bien qu’avec les simples auditeurs est devenu trop important pendant le 20e siècle. Et à certains points de vue, c’est juste. Je dirai qu’entrer en relation avec la musique contemporaine demande en tout cas un effort que tout un chacun n’est pas prêt à fournir, même s’il s’agit uniquement d’écouter. Un spécialiste comme Léonard Bernstein a tenu beaucoup de propos pertinents sur le sujet – dans l’espoir de contribuer à réduire cet écart en y exhortant ses pairs.

Un événement plutôt élitiste fut organisé en 1964, un séminaire de 18 semaines par l’organisme américain le plus important en matière d’éducation musicale (Nafme, anciennement Menc). Les techniques de composition propre à la musique savante contemporaine furent analysées, des leçons données, des exercices réalisées, des pièces de musique créées – par des étudiants.

filletteexécutantdoigtépiano

Il semblerait que l’expérience n’ait pas été fréquemment renouvelée. Peut-être que les professeurs de musique y veillent néanmoins encore, de manière aussi confidentielle. Espérons que de plus larges audiences pourront profiter de leur partage…

Goût musical et logiciels musicaux

Un logiciel de composition et notation musicale professionnel doit absolument aider les musiciens à explorer de nouveaux styles musicaux. En effet, des goûts nouveaux apparaissent dans la carrière d’un musicien et même si quelqu’un décide de dédier toute la production de sa carrière à un style unique, découvrir d’autres styles leur permet de mieux comprendre la musique en général.

Tout le monde n’a pas ce genre d’aspirations, mais il est nécessaire que la possibilité de découvrir autre chose que la musique occidentale des 18e et 18e siècles via un logiciel professionnel soit offerte aussi bien aux musiciens chevronnés désireux de parfaire leur formation qu’aux musiciens débutants qui hésitent encore quant au style à adopter…

Et comme exemples de logiciels musicaux professionnels, je mentionne Pizzicato, Harmonie et Contrepoint ainsi qu’Ecriture Alternative. Pizzicato n’offre pas moins de 20 modèles de partitions de musique et des exercices pour découvrir 20 styles de musique différents. Vous trouverez des informations détaillées sur notre site internet http://www.arpegemusique.com (notamment une version de démonstration, des guides complets d’utilisation et des lettres d’information relative à la composition musicale – le tout gratuitement).

Musicalement,

Françoise Delsaux

Arpège Musique

Online marketing

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :