Archives de Catégorie: L’édition musicale

Programme special de Arpège Musique pour les enseignants – Pourquoi travailler ensemble ?

Motivations : il s’agit des vôtres

Comme vos étudiants sont, d’une certaine manière, comme des clients, nous voudrions être une partie de votre stratégie en vous posant cette question : voulez-vous acheter un logiciel musical dont vos élèves vont bénéficier ? Voulez-vous suggérer à vos étudiants d’acheter un logiciel musical ? Dans les deux cas à tarif réduit.

Nous offrons des ristournes de minimum 50% pour le monde de l’éducation. Pourtant, la question est « Et alors ? », si vous n’êtes pas décidé à offrir un peu de votre temps pour faire connaître cette offre, qui dans ce cas ne peut pas être efficace.

Nous proposons des fonctionnalités, des outils modernes pour aider les artistes émergents et les professeurs remplis de projets éducatifs. « Et alors ? » Si les campagnes de marketing onéreuses faites par des leaders du marché capturent votre attention, ils ne seront pas suffisamment reconnus.

Alors… la question pertinente est peut-être : de quelle manière voulez-vous diriger votre école de musique ou votre classe ? et quelles peuvent être vos motivations ? Ces motivations rencontrent-elles notre sentier ou non ?

Si vos buts principaux sont (pas spécialement dans cet ordre)…

Etendre la réputation de votre école

Aider vos étudiants

Bénéficier d’une nouvelle source de revenus en vue de lancer de nouveaux projets

Ouvrir de nouvelles voies en matière de créativité

… et que vous avez la possibilité de consacrer un peu de temps à la présentation de nos logiciels musicaux à votre réseau professionnel (d’abord votre équipe et ensuite vos partenaires)…

Alors… nous pouvons vous aider…

A trouver des ressources efficaces et originales

A partager la connaissance de l’informatique musicale dans le cadre de vos classes

A aider les (d’autres) professeurs et étudiants en attente (attente bien plus grande que l’on ne pense !)

Et pourquoi pas augmenter un peu vos rentrées (par exemple si vous êtes enseignant en créant une méthode de musique et en la faisant publier)

Vos objectifs principaux ne sont pas dans cette liste ? Alors…. N’hésitez pas à nous en faire part. Nous souhaitons nous enquérir de votre situation, spécialement sur ces sujets : 

Quel est votre réseau professionnel et comment pouvons-nous l’aider de manière efficace et ainsi mériter votre confiance ?

De quoi vos étudiants ont-ils besoin et comment pouvons-nous les aider à atteindre leurs buts ?

Questions et remarques que nous entendons fréquemment…

Beaucoup d’enseignants n’éprouvent pas la nécessité d’utiliser un logiciel musical, soit ils dédaignent l’idée, soit ils ont un sentiment d’insécurité car ils pensent qu’un logiciel rendrait leur travail vain.

Notre philosophie est de “mettre la musique à la portée de tous”, cependant nous sommes convaincus que cela ne peut se faire sans les enseignants. Spécialement pour l’apprentissage de la notation et de la composition musicale classiques, mais également pour les autres genres.

“Passez un cap” et disposez de ressources amusantes pour vos jeunes élèves et étudiants qui sont “hyper-connectés” et qui étudieront bien plus volontiers avec des supports technologiques ludiques, mais néanmoins soucieux d’exactitude, par exemple “Harmonie et Contrepoint”, “Pizzicato Composition Pro” et “Pizzicato Ecriture”.  Vous trouverez plus d’information ici : http://www.arpegemusique.com/logiciel-education-musicale.htm

music teacher and artist

Gwenaëlle (à gauche) est professeur de musique (en Belgique), toutefois elle apprécie que Pizzicato Professionnel comporte un cours de musique complet. Chris est un artiste qui se fraie son chemin et qui utilise Pizzicato Professionnel pour composer et il produit des albums pour son épouse, qui a une audience réelle et se produit sur scène. 

Votre logiciel est-il adapté au contexte académique et au travail extra-scolaire d’enseignants qui souvent se produisent en concert ?

Des compositeurs comme Blair Ashby (USA, Denver) et Mona Lei (Suisse, Genève) et plusieurs autres ainsi que de nombreux ensembles (chorales et autres groupes) ont choisi Pizzicato. Récemment, un professeur de l’Université de Berkeley a commandé le programme (c’est un hobbyiste, mais une personne du milieu académique). Pas de « VIP » à ce jour, mais de vrais professionnels, et leur nombre croît.

composers and chorists

Photo : Blair Ashby (USA), Mona Lei (Suisse) et des choristes Français qui utilisent Pizzicato

Qu’en est-il de la qualité des partitions ? 

Jugez vous-même sur le plan graphique :

Encoding Pizzi by pro

Encodé avec ‘Pizzicato Clavier’ par un professionnel (cliquez l’image pour visionner à l’échelle 100%), la présentation est belle et claire…

Encoding Pizzi by student

Encodé avec “Pizzicato Loisirs” par un étudiant (cliquez l’image pour visionner à l’échelle 100%), un petit pas de plus vers la connaissance musicale…

Et naturellement, à domicile, il est possible d’écouter le résultat sans avoir recours au professeur, donc l’assimilation de la matière en est facilitée.

Enfin d’une part nous offrons des remises exceptionnelles aux enseignants et un service technique parfait. C’est pourquoi nous avons déjà plus de 13 000 clients de par le monde.

Les enseignants et les étudiants ne sont pas intéressés par les logiciels, mais uniquement par les partitions et instruments. Et nous les aidons à trouver un éditeur. 

Souvent, nous l’avons constaté, le manque d’intérêt des élèves vient du fait que, tout simplement, rien ne leur est proposé. Eventuellement, les directeurs utilisent un programme et l’un ou l’autre enseignant, mais l’information ne circule pas auprès des élèves. C’est souvent il faut dire une question de temps et d’espace, mais si un seul professeur est motivé, il aura du succès dans sa classe et si aucun enseignant n’est intéressé, les élèves peuvent au moins recevoir un programme gratuit (c’est possible) qui leur permet d’être plus autonomes.

Les musiciens n’ont pas spécialement besoin d’un logiciel pour apprendre la musique, mais cela peut faciliter la tâche de l’enseignant et le partage est plus aisé avec un logiciel, de nos jours. Y recourir peut même être un moyen populaire de disséminer de la musique et d’avoir de l’audience quand un jeune compositeur a des difficultés pour trouver un éditeur.

Le logiciel n’apporte pas la popularité en elle-même et ne permet pas l’accomplissement professionnel en soi, toutefois il peut aider le professeur et le musicien à présenter des partitions et des livres de partitions impeccables à des éditeurs de musique qui ensuite pourront les publier. Vous voyez ici une méthode (en deux volumes) intégralement conçue et réalisée avec Pizzicato Professionnel par Madame  Nathalie Tagrine et publiée ensuite par Les Editions Van de Velde (France) :

Méthode Tagrine

La méthode Tagrine : créée avec le logiciel de composition et notation musicale Pizzicato pour la plus grande joie des enfants

Et pour les jeunes enseignants et artistes dont les moyens financiers peuvent être limités,  il y a des versions très démocratiques du logiciel comme « Pizzicato Guitare », « Pizzicato Clavier », « Pizzicato Percussion », etc. Ils peuvent alors “s’auto-publier” sur internet.

Notre but est de supporter une école de musique et nous ne pouvons pas nous permettre de dépenser pour des logiciels qui restent chers de notre point de vue, même avec ristourne… 

Nous vous l’avons dit : nous avons un programme éducation complètement gratuit pour notre logiciel d’entrée de gamme “Pizzicato Loisirs”, qui permet de réaliser des partitions de 1 à 2 pages et d’apprendre le solfège et nous avons des prix spéciaux pour 8 produits qui incluent non seulement “Pizzicato Professionnel”, mais aussi des produits meilleur marché comme “Harmonie et Contrepoint”.

L’argent est pour nous comme pour toute organisation un moyen de continuer à développer des produits de qualité, mais ne pas avoir de budget spécifique pour ce poste n’empêche pas les écoles d’équiper les élèves et d’ainsi les aider à devenir autonomes. Voyez alors le lien spécifique http://www.arpegemusique.com/logiciel-education-musicale.htm#B4

Etes-vous maintenant motivé pour présenter les logiciels de Arpège Musique à votre réseau ? Si oui nous vous suggérons d’examiner la page http://www.arpegemusique.com/logiciel-education-musicale.htm et de nous adresser vos questions à info@arpegemusique.com

Une méthode musicale conçue et réalisée avec le logiciel musical Pizzicato

Vous cherchez une méthode de piano et solfège pour vos jeunes élèves? Nous vous suggérons la méthode de piano et solfège Tagrine volume 2, publiée aux éditions Van de Velde. Le 1er volume, paru en 2012, avait eu un beau succès, voici maintenant, pour les élèves un peu plus avancés, la suite, qui leur permettra de progresser dans l’apprentissage de cet instrument avec plaisir, rigueur et assiduité comme le conseille Nathalie Béra-Tagrine qui nous a confié avoir conçu et réalisé cette méthode avec le logiciel de notation et composition musicale Pizzicato.

méthode tagrine avec pizzicato

N’est-ce pas là une nouvelle sympathique et encourageante ? Cette belle réussite prouve, s’il le faut encore, les indéniables qualités de Pizzicato en tant que logiciel de notation musicale.

En outre, une telle publication montre que, loin de s’exclure, l’éditeur de musique et le développeur de logiciels musicaux sont de plus en plus liés et ce via plusieurs types de musiciens et enseignants : professeurs dans leurs classes, professeurs soucieux de partager « hors les murs », interprètes, compositeurs.

Nous en profitons bien sûr pour les interpeller, tous, car quel que soit leur degré d’intimité avec le petit monde de l’écriture et de la création de musique, Pizzicato a quelque chose à leur apporter, lui aussi. Ils trouveront toutes les réponses aux questions qu’ils pourraient se poser au sujet de la composition et de la notation musicale assistée par ordinateur sur le site http://www.arpegemusique.com

Publier sa musique soi-même, c’est possible !  

Lorsque, talent et persévérance aidant, une personne qui a une certaine formation musicale désire faire connaître ses talents en matière de composition musicale, les questions arrivent naturellement. Parmi lesquelles « A qui m’adresser ? » et « Qu’est-ce que cela va me coûter ? ». Et, dans certains cas : « Est-ce possible ? ».

C’est qu’en effet il est assez aisé, à l’ère d’internet, d’entrer en contact de manière professionnelle avec un éditeur de musique dont les publications ont émerveillé, ébloui, donné le goût de l’art musical même. Cependant pour des raisons qui sont surtout en lien avec le réseautage et les moyens financiers, l’éditeur prestigieux ne sera en réalité pas toujours aussi facilement accessible qu’on l’aurait espéré, qu’il s’agisse de musique classique ou de variété.

Sans titre17

Cette situation est loin d’être de manière systématique en relation avec le talent d’un compositeur donné : les maisons d’édition s’inscrivent dans des traditions, suivent des lignes commerciales établies de longue date, ont des exigences spécifiques. En conséquence, il ne faut pas se décourager.

Que faire, en cas de refus de publication par une maison établie ? Trois questions majeures se posent : la qualité de la présentation des partitions que le compositeur veut présenter à son public, la protection de ses droits d’auteur, la diffusion.

Au niveau de la qualité de présentation des partitions, nous ne pouvons bien sûr qu’encourager les compositeurs à utiliser les logiciels d’Arpège Musique et plus précisément, à ce niveau, « Pizzicato Professionnel ». C’est, dans notre série, celui qui offre les meilleurs atouts tant au niveau de la création à imprimer que du partage sonore final, qui peut dépendre de la technologie aussi bien que de l’inspiration. (Voyez notamment http://www.arpegemusique.com/pizzicato-professionnel.htm)

Le logiciel peut être utile si l’on s’ « auto-publie » de manière totale et même si l’on est publié auprès d’un éditeur régional ou local. Question de performance, question de soin… Les artistes émergents en sont particulièrement conscients, soucieux de voir reconnaître l’apport de leur musique à un ensemble plus ou moins grand d’auditeurs et de partager à faible coût.

L’auditeur, en effet, est central, dans le processus d’édition de musique. C’est lui qu’il s’agit d’atteindre, d’émouvoir, de convaincre. Et il est exigeant, de plus en plus exigeant, puisque qu’il peut à sa guise comparer toutes les musiques de tous temps et même de tous lieux. Ceci étant dit, se connaître en tant que compositeur permet évidemment de connaître à l’avance le type d’auditeur dont il faut se faire connaître et au vu du nombre de moyens mis à disposition pour le faire, quelque part, c’est rassurant !

listening2

L’auditeur : exigeant, à atteindre, à émouvoir, à convaincre !

En ce qui concerne les droits d’auteur, il y a plusieurs manières de procéder et elles sont complémentaires. La première est évidemment de faire enregistrer chaque œuvre de manière séparée dans un organisme chargé de protéger ces droits (la Sacem en France, la Socan au Canada, la Suisa en Suisse, la Sabam en Belgique, etc.). Les plus méticuleux iront jusqu’à signer un contrat avec une société privée qui n’édite pas, mais contrôle de manière active où la musique est diffusée, car une protection de type courant peut ne pas suffire. Par souci de neutralité et d’objectivité, nous préférons ne pas trop entrer dans les détails, les relations entre artistes et sociétés chargées de protéger leurs droits n’étant pas toujours idéales. Une chose est sûre : si le revenu est fondamental pour continuer à écrire sa musique, il faut chercher à se protéger efficacement, cela commence par une recherche active d’informations légales et pratiques.

Nous parlerons plus volontiers de la diffusion. Autre aspect du « parcours du combattant » s’il s’agit de rentabiliser sans le support d’un éditeur de musique (éditeur qui, dans certains cas, assure aussi bien l’aspect création de disque que réalisation d’un livre complet de partitions). Il faut « tenter sa chance » ou plus honnêtement travailler sans relâche si l’on veut conquérir un statut, un revenu et une réputation d’artiste professionnel. En outre, à côté de la maison d’édition, il faut contacter la presse et les responsables de lieux ainsi que les organisateurs d’événements appropriés pour la diffusion de la musique (au niveau du genre musical choisi et de la taille de l’audience espérée).

S’il s’agit « simplement » (c’est juste une façon de parler !) d’amour de la musique, et que le revenu n’est pas la motivation primordiale, le nombre de possibilités s’accroît considérablement. A côté d’une audience réelle assez modeste (réunions à l’échelle d’une famille, d’une école, d’un ensemble local), la mise en valeur par soi-même peut occuper un temps considérable et elle a de nombreux bienfaits : entretien et création de relations enrichissantes, valorisation personnelle et épanouissement, éducation musicale des communautés avec lesquelles les pièces de musique sont partagées, etc.

Citons-les brièvement :

– Les sites de partage de vidéos pour les enregistrements de performances musicales publiques (youtube, dailymotion, wat.tv) et de partitions. Nous éviterons de citer ces derniers car ils supposent de laisser les œuvres libres de droit, ce qui peut ne pas convenir à tout le monde (nommons tout de même Petrucci Music Library) ;

– Les hébergeurs de blogs (wordpress, blogger, tumblr, quora, etc.), sur lesquels il est possible de publier des extraits de musique et de partitions à vendre, de laisser ses coordonnées, de parler de son travail, etc.) ;

– Les réseaux sociaux (linkedIn, twitter, facebook, pour l’essentiel), en évitant les pièges de la publicité payante à moins d’avoir des budgets conséquents.

– Le site internet personnel, qui demande des moyens s’il a pour but d’assurer une rémunération complète, mais qui peut être créé gratuitement s’il s’agit d’assurer un complément de revenu (weebly semble à première vue sérieux).

Les auditeurs n’ont plus alors qu’à télécharger (gratuitement ou non) et à profiter d’une nouvelle et bonne musique !

listening

Françoise Delsaux

Digital Marketing, Arpège Musique, logiciels musicaux, http://www.arpegemusique.com

%d blogueurs aiment cette page :