Archives de Catégorie: Enseignement musical et informatique musicale

C’est la rentrée ! Voici les options des enseignants/animateurs pour introduire le logiciel musical Pizzicato dans leur école/association de musique

 

Vous êtes enseignant dans une académie ou un conservatoire de musique ou membre actif d’une association qui assure la promotion de l’enseignement musical et c’est la rentrée. Comment partager à vos élèves ou choristes les avantages du logiciel de composition et notation musicale Pizzicato dans vos classes ?

Que vous choisissiez une formule payante ou le programme éducation gratuit, sachez que les professeurs de musique et les responsables d’associations qui ont du succès avec leurs élèves quand ils utilisent Pizzicato ont une chose en commun : ils acquièrent Pizzicato pour leurs élèves, ils sont désireux que leurs élèves puissent, comme eux, profiter des avantages de l’outil informatique pour construire eux-mêmes leur savoir et le tester. Non indépendamment du cours donné en classe, mais en plus du cours.

Cette approche leur permet d’implémenter Pizzicato dans l’école de musique où ils sont, auprès de tous leurs étudiants. Le logiciel devient partie intégrante de leur travail pour le cours ou pour la chorale.

Ceci dit, vous êtes peut-être déjà personnellement convaincu de l’intérêt d’utiliser Pizzicato en classe, mais vous êtes confronté à l’une de ces difficultés :

  • Les administrateurs de votre école/programme de musique sont réticents à l’idée de payer un logiciel musical, pour des raisons d’ordre financier (aucun budget prévu pour un tel poste).
  • Les administrateurs n’ont pas d’argent pour payer un logiciel musical.
  • Les administrateurs ne veulent pas introduire un logiciel musical gratuit dans l’école, pour des raisons d’ordre pédagogique (appréhension par rapport à l’introduction de l’informatique dans le cadre habituel).
  • Les administrateurs n’ont pas la possibilité d’acquérir des ordinateurs et/ou une salle pour les y installer (bâtiments exigus).

Voici quelques pistes de solution possibles à explorer avec l’accord (et si possible la collaboration active) des administrateurs de l’établissement ou vous donnez cours ou animez une activité musicale:

  • Faire appel à des fonds publics pour acquérir Pizzicato (fonds pour la musique, fonds pour la technologie, fonds éducatifs divers)
  • Mettre sur pieds une activité dont les bénéfices serviront à acquérir Pizzicato (concert, souper festif, tombola)
  • Organiser une levée de fonds destinée à l’acquisition de Pizzicato, au sein de l’établissement (il s’agit plus particulièrement ici de faire appel à la bonne volonté des parents)

Sans titre

Introduire le programme éducation gratuit de Pizzicato et vous y investir un peu pour susciter l’intérêt des élèves est, généralement, une toute première étape pour laquelle vous êtes « maître à bord » car nous avons équipé près de 2000 établissements où la musique est à l’honneur en Francophonie et nous n’avons jamais eu d’écho de directeurs a priori défavorables à l’introduction de ce programme. C’est dire que, pour que l’idée de l’utilisation régulière d’un logiciel dans le cadre d’une école de musique s’impose petit à petit, le désir des enseignants est essentiel.

Il vous appartient de déterminer la pédagogie à utiliser, la place que vous souhaitez accorder au programme dans le cadre de vos cours. Nous vous partageons sur la page mentionnée ci-dessous tout ce qui nous est revenu de vos collègues quant à leur manière de faire, mais même s’il y a des lignes directrices dans la manière de prendre en main un logiciel et d’en faire profiter les élèves, même si nous proposons des exercices pas à pas, chaque enseignant désire généralement se les approprier et organiser ses propres séquences.

Vous êtes prêt à investir un peu de votre temps pour faire connaître gratuitement à vos élèves un outil qui les motivera et est en phase avec leur manière d’apprendre lorsqu’ils rentrent chez eux ? Vous désirez convaincre l’ensemble de la direction de l’établissement de l’utilité d’un logiciel musical pour vos élèves ? Nous vous rappelons le lien qui présente le programme éducatif (version gratuite et versions payantes) de Pizzicato : http://www.arpegemusique.com/logiciel-education-musicale.htm et que vous pouvez adresser toute question à : info@arpegemusique.com

Bonne rentrée avec Pizzicato !

 

Françoise Delsaux

Arpège Musique

Programme éducation

Les professeurs de musique et leurs aspirations – la technologie dans les académies de musique

 

La formation des professeurs de musique et leur carrière: la collégialité

En certaines occasions, en certains lieux, il peut arriver qu’il y ait pénurie de professeurs de musique. C’est pourquoi leur recrutement est une priorité et une priorité majeurs – à côté de l’évaluation des étudiants, l’instruction musicale des enfants et la technologie musicale.

Poursuivre l’enseignement musical en tant que carrière est une décision importante que les étudiants en musique qui sont dans l’enseignement supérieur prennent suite à des rencontres avec des professeurs remarquables, à des expériences et à des événements (tels que la possibilité de donner des cours à des étudiants plus jeunes, des concerts, des concours), à l’influence de leurs parents et à l’examen minutieux de leurs sentiments personnels (amour de la musique, appel à enseigner).

teacher

Les professeurs de musique expérimentés ne manquent pas de parfaire leur formation via des sessions et des cours dans un contexte collégial. La collaboration et la collégialité semblent essentielles dans un contexte où le travail d’enseignement apparaît comme une activité isolée (le professeur est généralement seul dans sa classe, «face» à ses élèves, cela ne veut pas dire qu’il y a une opposition entre ses élèves et lui, mais il reste qu’il est seul responsable de la transmission du contenu et de la vérification de son acquisition).

Les professeurs de musique utilisent la technologie – pas de technologie en classe sans eux

Les professeurs de musique veulent se sentir importants et impliqués dans leur cadre de travail, c’est bien naturel. Pour cette raison, le principal joue un rôle important de valorisation et d’apport d’information. En effet, comme beaucoup de professeurs de musique passent beaucoup de temps à réfléchir, à analyser leur pratique, à écrire des comptes-rendus sur ce qu’ils enseignent et sur la manière dont ils le font, le principal doit les aider à déterminer les meilleures pratiques dans le cadre de l’établissement musical spécifique où ils enseignent.

Par ailleurs, à l’heure actuelle, les professeurs de musique peuvent tailler leur expérience professionnelle quasiment sur mesure grâce à différents programmes d’approfondissement ou de découverte. Ces programmes portent souvent sur l’emploi de la technologie en classe, la créativité en matière de transmission du savoir et des techniques de composition. En matière de technologie musicale, comme les enseignants, que ce soit au niveau national, régional ou local, enseignent la musique classique, ils utilisent souvent des logiciels orientés sur la création de partitions.

C’est habituellement le directeur d’établissement et un petit cercle de professeurs qui génère, en accord avec des programmes, de nouvelles voies d’apprentissage, qui commence à utiliser de nouveaux outils et à les partager avec les autres enseignants. Ceux-ci, parfois, assurent ensuite le relais afin que les élèves puissent en bénéficier. C’est ce que j’ai vu moi-même dans un certain nombre d’académies de musique, rencontrant régulièrement des directeurs et enseignants afin de leur donner de l’information sur le logiciel de composition et notation musicale Pizzicato.

En tout lieu, je rencontre des directeurs d’académie cultivés et dans un certain nombre de cas ils ont déjà acquis un logiciel pour leur propre travail (préparation d’examens, concerts dans le cadre de leur école, composition musicale personnelle, etc.), que ce soit Pizzicato ou un autre, parfois ils en ont même plusieurs.

Et de temps à autre il y a là un pédagogue très motivé ou une équipe pédagogique qui est vraiment très préoccupée par la diffusion de la technologie auprès des jeunes parce qu’elle sait que si les étudiants ont un outil à la maison, ce sera un atout pour eux dans le cadre de l’apprentissage de la musique.

teachers meeting

Dans ces cas-là, j’ai conscience de faire un travail utile quand je présente le programme gratuit pour l’éducation de Arpège Musique pour les écoles, les enseignants, les étudiants et les chorales, programme qui offre à tous les acteurs de l’éducation musicale la possibilité de télécharger gratuitement notre logiciel de notation musicale « Pizzicato Loisirs » : tout le monde peut s’enregistrer librement à la page http://www.arpegemusique.com/logiciel-education-musicale.htm#B4

Pour les professeurs déjà informatisés qui ont des compétences en matière de technologie musicale et qui n’auront aucune difficulté à maîtriser Pizzicato, je recommande 8 produits pour créer et transcrire de la musique à un prix préférentiel. Ce second programme éducation, payant mais tout à l’avantage des acteurs de l’éducation musicale, est présenté de manière complète ici: http://www.arpegemusique.com/education.htm. Il offre des ristournes exceptionnelles sur des logiciels de très haute qualité.

J’espère qu’en les découvrant et en les présentant, les professeurs de musique seront à même d’approfondir, renouveler et partager leur amour de la musique et ainsi contribuer activement à la formation de futurs enseignants. Dans un contexte qui voit l’importance de la technologie, un logiciel musical comme Pizzicato peut contribuer en partie à servir la cause de la musique.

Musicalement,

Françoise Delsaux

Arpège Musique

Programme éducation

Pénurie de places pour les enfants dans les Conservatoires de musique : que faire pour que les enfants puissent au moins développer une oreille musicale ?

Le magazine « Le pianiste » a collecté des données afin de mesurer le taux d’accès des petits Français à la musique et plus précisément aux Conservatoires Nationaux de Région. Bilan : pour 115 demandes, 5 places disponibles.

CNR France 115 demandes 5 places

Ces chiffres soit laissent songeur, soit invitent à la critique facile. Il est évident en fait que rien, en matière de gestion des ressources disponibles, ne peut être résolu comme par enchantement. Il y a des questions d’espace (taille d’un Conservatoire, nombre de locaux), de personnel (nombre d’enseignants, nombre d’heures de cours par semaine) et aussi de politique (malgré une certaine démocratisation, l’enseignement académique de la musique classique reste difficile d’accès pour un certain nombre).

A défaut de remplacer toute la pratique instrumentale, le logiciel musical est une solution créative qui peut du moins offrir une approche théorique et pratique aux jeunes qui, pour une raison ou une autre, ne peuvent entrer au Conservatoire National de Région le plus proche.

Aussi, Arpège Musique, qui assure le développement et la diffusion du logiciel de composition et notation musicale Pizzicato, invite cordialement les enseignants à diffuser son « programme éducation gratuit » auprès de tous les enfants qui voudraient en bénéficier et plus spécialement à ceux qui sont d’une manière ou d’une autre dans l’impossibilité d’entrer au Conservatoire.

En effet, ce sont de petits apprenants désireux de s’instruire. Toutes les personnes impliquées dans le domaine de l’éducation musicale peuvent s’inscrire gratuitement via ce lien:

http://www.arpegemusique.com/logiciel-education-musicale.htm#B4

N’hésitez pas à partager largement avec vos collègues (Directeurs de Conservatoire, enseignants, chefs de choeurs, fanfares et autres ensembles, etc.) car tous les acteurs de l’enseignement sont des personnes ressources qui ont une certaine visibilité.

IMG_1630

Musique et sociabilité – L’apport des logiciels musicaux

Les bienfaits de la musique dans le cadre de la vie sociale

Tout le monde mérite la chance d’apprendre et de pratiquer la musique. L’apprentissage de la musique permet d’améliorer la capacité à acquérir de nouvelles aptitudes, la confiance et aussi le développement de l’être social. Il peut avoir un impact extraordinaire sur la vie d’un individu ou d’une communauté.

Pour cette raison, d’une part, d’innombrables initiatives encouragent les jeunes gens qui pensent à faire carrière dans le domaine musical, d’autre part, les hubs musicaux répercutent l’innovation dans des milieux moins favorisés ou plus généralement dans des milieux un peu plus éloignés de l’enseignement musical (enseignement général, associations, etc.).

chorale et une violoniste

Et il y a également les contextes spéciaux comme les hôpitaux ou centres qui travaillent pour des personnes avec des handicaps. Heureusement, nombre d’associations caritatives organisent beaucoup d’événements à leur attention.

Les avantages des logiciels musicaux – Partage de musique, enseignement et gravure

Le logiciel est une clé pour un apprentissage gagnant de la musique, parce qu’il aide les petites sociétés musicales (chorales, fanfares, harmonies) à partager de la musique plus facilement et les individus autodidactes à acquérir de l’entraînement, mais à leur rythme personnel.

Et les enseignants l’apprécient parce qu’il fait partie d’un paysage familier aux jeunes, les nouvelles technologies. Le logiciel peut ainsi desservir les nombreuses facettes de l’éducation musicale.

Parmi eux, le logiciel de composition et notation musicale Pizzicato est intéressant parce qu’il présente des guides d’utilisation complets qui offrent de nombreux exercices en matière de solfège et de composition musicale. Il permet aussi de graver sa musique et de la partager facilement sur internet, notamment sur des sites de partage de musique.

Je ne peux résumer ici les centaines de pages contenues dans ces guides, mais vous pouvez télécharger la version de démonstration gratuite de Pizzicato ici: http://www.arpegemusique.com.demo1.htm et ainsi construire votre opinion personnelle sur la qualité du logiciel.

Si vous chantez dans une chorale ou jouez dans un groupe à côté de votre travail, que la musique est pour vous un loisir, ou si vous êtes un compositeur ou un interprète, l’un de nos 13 produits peut vous apporter des facilités dans le cadre de l’apprentissage musical, de la transcription ou de la composition.

Vous trouverez plus d’information à l’adresse http://www.arpegemusique.com (en plus de la version de démonstration, vous pourrez télécharger gratuitement les guides complets d’utilisation et plus de 100 lettres d’information relatives à la composition musicale).

Musicalement,

Françoise Delsaux

Arpège Musique

Online Marketing

Le goût musical en matière d’écoute et de composition – des logiciels créés pour les compositeurs et leur audience

Le cadre de la recherche en matière de goût musical

J’ai cherché «goût musical» sur le net et je suis tombée sur une avalanche de documents scientifiques, dans lesquels, je résume brièvement, les préférences en matière de musique étaient liées tantôt à des critères provenant de la sociologie des 18e et 19e siècles tels que l’âge, le genre et les appartenances sociales, tantôt à des notions de marketing des 20e et 21e siècles comme le comportement en matière de shopping et de tourisme, l’utilisation des réseaux sociaux, les liens entre la technologie musicale et les nouveaux modèles commerciaux, les styles musicaux (ce qui n’est pas un thème nouveau toutefois maintenant il est lié plus qu’avant à la personnalité et à l’individualité), … Cela signifie que cette recherche sur le goût musical est menée dans un contexte pluridisciplinaire.

Un algorithme pour lier le vocabulaire du goût, les sons et les partitions de musique – Le cas du folk

J’écris pour des musiciens aussi, j’ai davantage creusé le point de vue des musicologues et des musiciens sur le sujet. Des musicologues (Mesz, Sigman, Trevisan) se sont intéressés par la sémantique (la partie de la linguistique qui étudie la formation du sens des mots) et quand ils parlent de «goût», c’est pour établir des liens entre la musique et… la cuisine. Ils ont ainsi associé le sucré (Bitter) à la musique low-pitched et continue (legato), le salé au silence entre les notes (staccato), le sûr à la musique high-pitched, dissonante et rapide et le doux à la musique consonante et lente.

Cette recherche entre musique et goût ne se confine pas aux sons et inclut des applications en matière de partitions musicales. Pourquoi pas? Les chercheurs mentionnés plus haut ont développé et implémenté un algorithme qui crée des pièces musicales assaisonnées! Cet algorithme permet de dessiner des graphiques, en lien avec des fichiers MIDI (surtout de la musique folk) et des bases de données…

Les goûts musicaux sans cuisine – Le cas de la musique contemporaine

Il est peut-être temps de quitter la cuisine musicale et de penser à des solutions pour développer, au sens figuré, le goût des musiciens pour des styles spécifiques de musique. Par exemple la musique savante contemporaine. Il n’est pas aisé de développer son goût pour cette musique parce que la musique enseignée dans les écoles est généralement celle des 18e et 19e siècles et en conséquence l’enseignement musical laisse peu de place à l’individualité et à la création.

métronome (bleuté)

Une explication à cette situation est que les éducateurs estiment que l’écart entre les compositeurs et les étudiants en musique aussi bien qu’avec les simples auditeurs est devenu trop important pendant le 20e siècle. Et à certains points de vue, c’est juste. Je dirai qu’entrer en relation avec la musique contemporaine demande en tout cas un effort que tout un chacun n’est pas prêt à fournir, même s’il s’agit uniquement d’écouter. Un spécialiste comme Léonard Bernstein a tenu beaucoup de propos pertinents sur le sujet – dans l’espoir de contribuer à réduire cet écart en y exhortant ses pairs.

Un événement plutôt élitiste fut organisé en 1964, un séminaire de 18 semaines par l’organisme américain le plus important en matière d’éducation musicale (Nafme, anciennement Menc). Les techniques de composition propre à la musique savante contemporaine furent analysées, des leçons données, des exercices réalisées, des pièces de musique créées – par des étudiants.

filletteexécutantdoigtépiano

Il semblerait que l’expérience n’ait pas été fréquemment renouvelée. Peut-être que les professeurs de musique y veillent néanmoins encore, de manière aussi confidentielle. Espérons que de plus larges audiences pourront profiter de leur partage…

Goût musical et logiciels musicaux

Un logiciel de composition et notation musicale professionnel doit absolument aider les musiciens à explorer de nouveaux styles musicaux. En effet, des goûts nouveaux apparaissent dans la carrière d’un musicien et même si quelqu’un décide de dédier toute la production de sa carrière à un style unique, découvrir d’autres styles leur permet de mieux comprendre la musique en général.

Tout le monde n’a pas ce genre d’aspirations, mais il est nécessaire que la possibilité de découvrir autre chose que la musique occidentale des 18e et 18e siècles via un logiciel professionnel soit offerte aussi bien aux musiciens chevronnés désireux de parfaire leur formation qu’aux musiciens débutants qui hésitent encore quant au style à adopter…

Et comme exemples de logiciels musicaux professionnels, je mentionne Pizzicato, Harmonie et Contrepoint ainsi qu’Ecriture Alternative. Pizzicato n’offre pas moins de 20 modèles de partitions de musique et des exercices pour découvrir 20 styles de musique différents. Vous trouverez des informations détaillées sur notre site internet http://www.arpegemusique.com (notamment une version de démonstration, des guides complets d’utilisation et des lettres d’information relative à la composition musicale – le tout gratuitement).

Musicalement,

Françoise Delsaux

Arpège Musique

Online marketing

Programme special de Arpège Musique pour les enseignants – Pourquoi travailler ensemble ?

Motivations : il s’agit des vôtres

Comme vos étudiants sont, d’une certaine manière, comme des clients, nous voudrions être une partie de votre stratégie en vous posant cette question : voulez-vous acheter un logiciel musical dont vos élèves vont bénéficier ? Voulez-vous suggérer à vos étudiants d’acheter un logiciel musical ? Dans les deux cas à tarif réduit.

Nous offrons des ristournes de minimum 50% pour le monde de l’éducation. Pourtant, la question est « Et alors ? », si vous n’êtes pas décidé à offrir un peu de votre temps pour faire connaître cette offre, qui dans ce cas ne peut pas être efficace.

Nous proposons des fonctionnalités, des outils modernes pour aider les artistes émergents et les professeurs remplis de projets éducatifs. « Et alors ? » Si les campagnes de marketing onéreuses faites par des leaders du marché capturent votre attention, ils ne seront pas suffisamment reconnus.

Alors… la question pertinente est peut-être : de quelle manière voulez-vous diriger votre école de musique ou votre classe ? et quelles peuvent être vos motivations ? Ces motivations rencontrent-elles notre sentier ou non ?

Si vos buts principaux sont (pas spécialement dans cet ordre)…

Etendre la réputation de votre école

Aider vos étudiants

Bénéficier d’une nouvelle source de revenus en vue de lancer de nouveaux projets

Ouvrir de nouvelles voies en matière de créativité

… et que vous avez la possibilité de consacrer un peu de temps à la présentation de nos logiciels musicaux à votre réseau professionnel (d’abord votre équipe et ensuite vos partenaires)…

Alors… nous pouvons vous aider…

A trouver des ressources efficaces et originales

A partager la connaissance de l’informatique musicale dans le cadre de vos classes

A aider les (d’autres) professeurs et étudiants en attente (attente bien plus grande que l’on ne pense !)

Et pourquoi pas augmenter un peu vos rentrées (par exemple si vous êtes enseignant en créant une méthode de musique et en la faisant publier)

Vos objectifs principaux ne sont pas dans cette liste ? Alors…. N’hésitez pas à nous en faire part. Nous souhaitons nous enquérir de votre situation, spécialement sur ces sujets : 

Quel est votre réseau professionnel et comment pouvons-nous l’aider de manière efficace et ainsi mériter votre confiance ?

De quoi vos étudiants ont-ils besoin et comment pouvons-nous les aider à atteindre leurs buts ?

Questions et remarques que nous entendons fréquemment…

Beaucoup d’enseignants n’éprouvent pas la nécessité d’utiliser un logiciel musical, soit ils dédaignent l’idée, soit ils ont un sentiment d’insécurité car ils pensent qu’un logiciel rendrait leur travail vain.

Notre philosophie est de “mettre la musique à la portée de tous”, cependant nous sommes convaincus que cela ne peut se faire sans les enseignants. Spécialement pour l’apprentissage de la notation et de la composition musicale classiques, mais également pour les autres genres.

“Passez un cap” et disposez de ressources amusantes pour vos jeunes élèves et étudiants qui sont “hyper-connectés” et qui étudieront bien plus volontiers avec des supports technologiques ludiques, mais néanmoins soucieux d’exactitude, par exemple “Harmonie et Contrepoint”, “Pizzicato Composition Pro” et “Pizzicato Ecriture”.  Vous trouverez plus d’information ici : http://www.arpegemusique.com/logiciel-education-musicale.htm

music teacher and artist

Gwenaëlle (à gauche) est professeur de musique (en Belgique), toutefois elle apprécie que Pizzicato Professionnel comporte un cours de musique complet. Chris est un artiste qui se fraie son chemin et qui utilise Pizzicato Professionnel pour composer et il produit des albums pour son épouse, qui a une audience réelle et se produit sur scène. 

Votre logiciel est-il adapté au contexte académique et au travail extra-scolaire d’enseignants qui souvent se produisent en concert ?

Des compositeurs comme Blair Ashby (USA, Denver) et Mona Lei (Suisse, Genève) et plusieurs autres ainsi que de nombreux ensembles (chorales et autres groupes) ont choisi Pizzicato. Récemment, un professeur de l’Université de Berkeley a commandé le programme (c’est un hobbyiste, mais une personne du milieu académique). Pas de « VIP » à ce jour, mais de vrais professionnels, et leur nombre croît.

composers and chorists

Photo : Blair Ashby (USA), Mona Lei (Suisse) et des choristes Français qui utilisent Pizzicato

Qu’en est-il de la qualité des partitions ? 

Jugez vous-même sur le plan graphique :

Encoding Pizzi by pro

Encodé avec ‘Pizzicato Clavier’ par un professionnel (cliquez l’image pour visionner à l’échelle 100%), la présentation est belle et claire…

Encoding Pizzi by student

Encodé avec “Pizzicato Loisirs” par un étudiant (cliquez l’image pour visionner à l’échelle 100%), un petit pas de plus vers la connaissance musicale…

Et naturellement, à domicile, il est possible d’écouter le résultat sans avoir recours au professeur, donc l’assimilation de la matière en est facilitée.

Enfin d’une part nous offrons des remises exceptionnelles aux enseignants et un service technique parfait. C’est pourquoi nous avons déjà plus de 13 000 clients de par le monde.

Les enseignants et les étudiants ne sont pas intéressés par les logiciels, mais uniquement par les partitions et instruments. Et nous les aidons à trouver un éditeur. 

Souvent, nous l’avons constaté, le manque d’intérêt des élèves vient du fait que, tout simplement, rien ne leur est proposé. Eventuellement, les directeurs utilisent un programme et l’un ou l’autre enseignant, mais l’information ne circule pas auprès des élèves. C’est souvent il faut dire une question de temps et d’espace, mais si un seul professeur est motivé, il aura du succès dans sa classe et si aucun enseignant n’est intéressé, les élèves peuvent au moins recevoir un programme gratuit (c’est possible) qui leur permet d’être plus autonomes.

Les musiciens n’ont pas spécialement besoin d’un logiciel pour apprendre la musique, mais cela peut faciliter la tâche de l’enseignant et le partage est plus aisé avec un logiciel, de nos jours. Y recourir peut même être un moyen populaire de disséminer de la musique et d’avoir de l’audience quand un jeune compositeur a des difficultés pour trouver un éditeur.

Le logiciel n’apporte pas la popularité en elle-même et ne permet pas l’accomplissement professionnel en soi, toutefois il peut aider le professeur et le musicien à présenter des partitions et des livres de partitions impeccables à des éditeurs de musique qui ensuite pourront les publier. Vous voyez ici une méthode (en deux volumes) intégralement conçue et réalisée avec Pizzicato Professionnel par Madame  Nathalie Tagrine et publiée ensuite par Les Editions Van de Velde (France) :

Méthode Tagrine

La méthode Tagrine : créée avec le logiciel de composition et notation musicale Pizzicato pour la plus grande joie des enfants

Et pour les jeunes enseignants et artistes dont les moyens financiers peuvent être limités,  il y a des versions très démocratiques du logiciel comme « Pizzicato Guitare », « Pizzicato Clavier », « Pizzicato Percussion », etc. Ils peuvent alors “s’auto-publier” sur internet.

Notre but est de supporter une école de musique et nous ne pouvons pas nous permettre de dépenser pour des logiciels qui restent chers de notre point de vue, même avec ristourne… 

Nous vous l’avons dit : nous avons un programme éducation complètement gratuit pour notre logiciel d’entrée de gamme “Pizzicato Loisirs”, qui permet de réaliser des partitions de 1 à 2 pages et d’apprendre le solfège et nous avons des prix spéciaux pour 8 produits qui incluent non seulement “Pizzicato Professionnel”, mais aussi des produits meilleur marché comme “Harmonie et Contrepoint”.

L’argent est pour nous comme pour toute organisation un moyen de continuer à développer des produits de qualité, mais ne pas avoir de budget spécifique pour ce poste n’empêche pas les écoles d’équiper les élèves et d’ainsi les aider à devenir autonomes. Voyez alors le lien spécifique http://www.arpegemusique.com/logiciel-education-musicale.htm#B4

Etes-vous maintenant motivé pour présenter les logiciels de Arpège Musique à votre réseau ? Si oui nous vous suggérons d’examiner la page http://www.arpegemusique.com/logiciel-education-musicale.htm et de nous adresser vos questions à info@arpegemusique.com

Pourquoi apprendre la musique à l’âge adulte ?

« Pourquoi pas la musique ? » : petit conte de l’adulte qui veut renaître

Un beau matin, vous – par commodité disons « vous » – vous rendez compte que vous avez fait le tour de certaines questions… Eh oui, vous êtes relativement heureux dans la vie (me reviennent en tête ces paroles de William Sheller : « Je vis la vie que je voulais mener, à quoi bon tout changer ? »), mais plane sur les eaux comme l’idée d’une renaissance. Quelque chose vous a manqué, mais vous ne savez pas trop quoi. Vous revenez encore une fois sur la célèbre prière de la sérénité (attribuée tantôt à l’Empereur païen Marc Aurèle, tantôt à un protestant, le Docteur Niebuhr), il y est question de courage en vue de changer ce qui peut être changé.

Il vous manque encore quelque chose et, n’en déplaise à ceux qui vous disent qu’au lieu de chercher quoi, vous n’avez qu’à écouter et applaudir leurs discours, leurs sermons, dans tous les cas leurs flots de paroles interminables (qui servent toujours, d’une manière ou d’une autre, à vous rendre généreux pour quelque bonne cause en réalité très éloignée de vos aspirations), vous vous dites qu’il y a mieux à faire. « Pourquoi la musique ? » vous étiez-vous, dans le temps, demandé, en voyant la passion de l’une ou l’autre âme visiblement éperdue, qui affichait Schubert sur son journal de classe. La question serait plutôt maintenant : « Pourquoi pas la musique ? ».

Et soudain vous vous rendez compte que la musique est partout, mais vraiment partout, à un point que vous n’auriez pas imaginé. ‘Music is my life’ disent de nombreux anglo-saxons. Vous n’irez pas jusque là peut-être, et d’ailleurs ce sont là bien souvent des propos de consommateur et vous voudriez produire. Alors, vous vous souvenez aussi de l’histoire de « Mademoiselle Mozart », vous aviez vu une pièce de théâtre sur cette jeune fille, Nannerl, qui avait vécu dans l’ombre de son frère Amadeus. Pour des raisons différentes d’elle qui était dans la fleur de l’âge, mais était une jeune femme, à supposer que vous ayez ne fût-ce que quelques dispositions, vous ne pourrez prétendre à aucune reconnaissance sociale réelle, mais la musique ne peut-elle pas vous renouveler, vous faire retrouver un regard neuf sur le monde, une partie de votre âme d’enfant ? Cela devient une évidence qui frise l’utopie. Vous vous souvenez de « Gulliver au Pays des Géants », qui saute de note en note sur le clavier d’un piano – gigantesque bien sûr.

Vos motivations sont de l’ordre de la réalisation de soi par la musique. D’abord, il y a tous ces airs que vous avez en tête depuis toujours. Ensuite, nombreuses sont les pièces de musique qui vous sont encore inconnues et qui rythment la vie des musiciens. Les jouer vous apportera le réconfort que vous, à l’exception de toute autre personne au monde, pouvez vous apporter, loin de ces outils tyranniques que sont désormais l’ordinateur, internet et les réseaux sociaux, certes plus interactifs que la télévision, mais où vous risquez tous les jours d’attraper une grippe sur le mur d’un influenceur ou d’un politicien (qui, en tout temps, capteront votre attention, captureront votre temps : de cocktail en afterwork, vous serez cesse l’objet d’attentions de bonnes âmes qui peuvent vous rendre de nombreux services – très onéreux bien sûr – et sauront également exploiter vos multiples talents – toujours bénévoles non indemnisés). Encore une liberté ou libération (il n’y a jamais tant d’espace qu’on le croit entre les deux) qui n’en est pas une, au fond. L’informatique est utile, mais vous avez connu autre chose et c’est normal de ne pas vouloir renoncer à cela pour le reste de votre vie. Et qu’il vous reste la moitié, le tiers ou le quart de votre vie, c’est assez pour vous en soucier !

Et la mystique ? N’y a-t-il pas déjà assez de moustiques ? aurait peut-être demandé Raymond Queneau. « Vous écrivez vraiment n’importe quoi ! ». Tout à fait, c’est bien cela qui est amusant, l’absurdité des mots comme/contre celle des idéologies politiques parfois, comme/contre celle de la réalité dans laquelle il faudrait à tout prix (se) fondre pour faire plaisir (mais à qui donc ?). Et rassurez-vous : Ubu sait bien en réalité qu’il ne doit pas manger tout le monde, juste tout ce qu’il peut chez tout le monde (ce qui n’est déjà pas si mal). Alfred Jarry avait vraiment tout compris. Quant aux plus forts des (vrais) mystiques, ils savent et enseignent que nature divine et humaine s’excluent, en matière de connaissance, dès lors, ils sont décidés à ne plus souffrir éternellement de cette séparation (c’est pourquoi Maître Eckhart se permet de parler de Dieu comme « Le Rien Absolu »). Une leçon de vie qui empêchera de s’égarer trop souvent dans les herboristeries et les agences de voyages confidentielles et originales (entendez plus chères que les autres) à la recherche de succédanés de cet Absolu – en fait de soleil tapant, vous pourriez trouver beaucoup de froidure.

Alors enfin c’est décidé, vous voulez continuer à utiliser votre temps intérieur et extérieur pour vous-même, le désir de vous cultiver vous est revenu, vous êtes tout simplement déterminé(e) à vous faire plaisir. Renaître, c’est aussi se donner la possibilité de s’accomplir. « L’égoïsme n’est-il pas d’abord un manque de soi ? » s’interroge Erich Fromm dans « L’art d’aimer ».

La réalité de l’instrument de musique et de l’enseignement musical, le choix de la méthode

Passons à des considérations plus pragmatiques. Une fois décidé(e) sur vos motivations à apprendre la musique à l’âge adulte, le pourquoi, il reste la question de la méthode, le comment. Nous n’insisterons jamais assez sur l’utilité des logiciels développés par Arpège Musique (Pizzicato, Harmonie et Contrepoint, Ecriture Alternative : voyez http://www.arpegemusique.com), mais enfin un instrument est plus tactile qu’une souris d’ordinateur.

Si vous faites partie des adeptes des sons électriques et synthétiques, les logiciels formeront un complément quasiment naturel à votre apprentissage, de par le fait de pouvoir brancher un instrument adéquat (guitare électrique, synthétiseur) directement sur l’ordinateur et ainsi voir apparaître directement à l’écran tout ce que vous jouez. Le logiciel est alors comme une sorte d’extension de l’instrument, aussi bien du point de vue de l’apprentissage de la notation que de celui de la composition musicale.

Pour ceux qui ont adopté l’ordinateur plus tardivement ou bien alors de manière moins complète, l’attrait de l’instrument traditionnel se fait vite jour. Certains peuvent se souvenir d’une mélodie grattée sur la guitare classique autour d’un feu de camp, d’autres passent tous les jours à côté d’un piano qu’ils n’entendent plus beaucoup depuis le déménagement d’un enfant qui n’a pas jugé utile de l’emmener avec lui… Si l’instrument est la voix de la personne elle-même, la question reste la même : comment progresser de manière sûre ?

apprendremusiqueadulte

Apprendre la musique à l’âge adulte : l’instrument peut être le piano, la guitare, la voix, …

Quel que soit l’instrument qui s’impose, il importe d’investir juste ce qui convient. Les leçons de musique coûtent, de plus, si l’on en veut. Ici aussi le logiciel peut servir (voyez le cours de Pizzicato : http://www.arpegemusique.com/manuel36/FR001.htm#Cours de musique). Et des méthodes d’étude existent en ligne, nombreuses. Que de vidéos didactiques pour apprendre les instruments à clavier ou à cordes. Il n’empêche qu’il restera difficile, pour un certain nombre, de passer de l’écran de l’ordinateur à l’instrument traditionnel ou même électrique ou électronique sans avoir d’accompagnement. Alors, il faut pouvoir, répétons-le, être le moteur de sa joie. Il faut faire ce pas : oser s’offrir quelque chose qui a de la valeur. L’apprentissage de la musique est un investissement, mais comme tout investissement celui-ci peut être rentabilisé, il le sera difficilement sous forme de rentrées monétaires ou de reconnaissance sociale, le gain pourra toutefois être intérieur (pour soi) et extérieur (pour ses proches, s’il faut encore une justification autre que son propre bonheur).

Le choix du professeur se fait bien sûr tout d’abord en fonction de l’instrument que l’on veut apprendre. Ensuite, il y a une question d’affinité. Heureusement, il y a certainement autant de genre de professeurs que d’élèves et certainement, même dans les plus petites villes, chaque personne devrait trouver aisément une personne digne de confiance. Car il s’agit aussi de confiance. Puisque apprendre un instrument de musique à l’âge adulte suppose d’avoir une bonne dose de confiance en soi, il faut également pouvoir trouver un enseignant à qui pouvoir faire confiance et cela n’est pas toujours une question de tarif horaire. La personne doit être bienveillante, voire spirituelle.

Sans quoi l’objectif principal pour l’élève, l’épanouissement, risque de ne pas être atteint. Mais partons du principe que, comme la détermination, cet objectif est déjà atteint. Internet peut ici être une ressource précieuse afin de trouver rapidement la personne adéquate à tout point de vue.

Le choix de la méthode (livre de partitions conçu en vue de l’apprentissage) peut lui aussi varier d’une personne à l’autre. Il existe de nombreuses méthodes d’apprentissage pour les adultes, mais certains pourront, en accord avec la personne qui enseigne, adopter les méthodes pour les enfants. Certains enseignants vont même jusqu’à dire que l’élève adulte doit précisément tout simplifier ! Il ne s’agira donc pas en conséquence de « rattraper le temps perdu » à tout prix (le temps n’a pas été perdu, il a été employé à autre chose), mais de voir ce qui convient le mieux à chacun(e). Il est évident que les personnes qui n’aiment pas « être traitées comme des enfants » auront tout intérêt à se tourner vers les méthodes pour adultes, tandis que celles qui aspirent à une renaissance, à un renouveau ou encore à un ressourcement, se tourneront peut-être spontanément vers les méthodes pour les enfants.

Pas plus que nous ne souhaitons répertorier des cours en ligne ou des sites d’associations de professeurs, nous ne renvoyons pas à des éditeurs de musique publiant telle ou telle méthode. Chaque personne est différente, aussi, elle doit choisir sa méthode d’apprentissage, en affinité avec la personne qui enseigne, le cas échéant.

Car le but, nous le rappelons pour terminer, est de l’ordre de la réalisation de soi par la musique. C’est elle qu’il faut, comme la paix, rechercher et poursuivre pour que, presque paradoxalement, l’émotion humaine, quelle que soit sa forme, puisse trouver un creux dans lequel s’exprimer. C’est tout de même bien ce qui guide, depuis toujours, de nombreux musiciens, compositeurs, chefs d’orchestre et interprètes ici réunis.

Françoise Delsaux

Arpège Musique

http://www.arpegemusique.com

%d blogueurs aiment cette page :